Améliorer le transit de votre bébé grâce à ces aliments

Améliorer le transit de votre bébé grâce à ces aliments

.

Si nous sommes toutes très attentives au transit de nos petits c’est parce que c’est un très bon indicateur de leur état de santé ! Et les phénomènes de diarrhée et de constipation nous inquiètent donc rapidement.
Comment fonctionne le transit des tout-petits ? Quels sont les aliments et les eaux à favoriser en cas de souci de transit ?
Les réponses à toutes vos questions sur le transit des bébés dans cet article.

.

💡A noter : Attention, si les problèmes de transit de votre bébé ne sont pas passagers, s’ils sont accompagnés de fièvres ou encore si votre enfant est dans une situation médicale particulière alors consultez votre médecin immédiatement pour avoir des réponses et des traitements adaptés. 

.

Quand on devient parents, de drôles de conversations naissent au sein du foyer : “Est-ce que bébé a fait caca aujourd’hui ?” “Combien de fois a-t-il rempli la couche ?” “Et c’était consistant comment ?”

Echanges déroutants pour tout couple sans enfant mais tellement normal quand on a un bébé dans les bras 🙂

Si nous sommes tous très attentifs au transit de nos petits c’est parce que c’est un très bon indicateur de leur état de santé ! Et les phénomènes de diarrhée et de constipation nous inquiètent donc rapidement.

Comment savoir si c’est normal et que faire pour y remédier ? Est-ce que le transit des tout petits suit les mêmes règles que le nôtre, en tant qu’adulte ? Est-ce que manger des fruits et légumes, bien boire, leur permet d’avoir un bon transit ?

.

Rappel sur le fonctionnement du transit des nourrissons

.

A la naissance de bébé, certains organes n’ont encore jamais fonctionné. C’est notamment le cas des intestins.

Ces derniers vont être malmenés pendant les premières semaines et premiers mois : on va leur demander de s’habituer à digérer du lait puis ensuite de la nourriture ! C’est tout le microbiote intestinal (appelée couramment “flore intestinale”) qui doit se construire et s’adapter.

Les 2 ou 3 premiers jours, les selles de bébé vont être noires ou vertes très foncées, liquides, peu odorantes mais très tâchantes. C’est ce qu’on appelle le méconium

Sur les semaines et mois qui suivent les selles vont varier. L’alimentation en est une des causes : en fonction de l’allaitement, au sein ou au biberon, puis au moment de la diversification alimentaire et donc de l’introduction des premiers aliments. 

Les enfants au biberon auront tendance à avoir des selles plus régulières, mais pour les bébés allaités au sein c’est l’inverse. On peut passer de plusieurs par jour à une selle tous les 5 jours, voir même plus ! Et sans que cela ne soit anormal.

Ensuite à partir de 1 an le transit va être plus régulier. Jusqu’à l’âge de 5 ans ce sont surtout des problèmes de constipation qui peuvent gêner votre enfant, sans forcément être lié à un problème de santé quelconque mais plutôt du fait d’une alimentation trop faible en fibres ou trop riche en produits industriels et donc plus inflammatoire pour l’intestin. 

.

💡A noter : Il n’est pas rare que les pédiatres demandent aux parents quelle est la couleur des selles de leur bébé lors des premières consultations, et la palette est assez large ! Cependant les seules selles qui inquiètent vraiment les médecins sont celles qui présentent une couleur très blanche ou contiennent du sang. Dans tous les cas, si votre bébé est douloureux, ne prend plus de poids, ou au moindre doute il est préférable de consulter.

.

Les facteurs d’influence sur le transit des bébés

.

3 facteurs influent principalement sur le transit des bébés et enfants.

.

La constitution personnelle de chaque enfant

Chaque microbiote est unique et donc différent pour chaque bébé, enfant et adulte. La présence et la proportion des bactéries qui le constituent est différente pour chacun et permettra d’avoir un transit plus ou moins facile. (pour rappel le microbiote intestinal renferme un écosystème où les “bonnes bactéries” empêchent les bactéries au caractère “pathogène” de proliférer et de nuire, ce sont elles qui protègent l’intestin et aident à la digestion entre autres.)

💡La magie des probiotiques : lors de troubles du transit vous pouvez donner à votre enfant des probiotiques sous forme de gouttes. Cela s’achète en pharmacie sans ordonnance. C’est la même chose que les probiotiques pour adultes, cela va permettre de rétablir le bon équilibre du microbiote de votre tout petit. Ça ne va pas guérir une diarrhée ou faire disparaître un état de constipation en 2 heures mais cela aide à réguler le transit semaines après semaines.

Personnellement, j’ai donné du BioGaia à mon petit garçon lorsqu’il avait 2 mois et pendant 3 mois environ. Cela m’avait été conseillée par une consultante en lactation et résultat : moins de douleurs digestives, pas de colique et aucun problème de transit significatif ! 

.

L’aspect psychologique  

Aller à la selle n’est pas toujours aussi simple et instinctif qu’on pourrait le croire. Pendant les premiers mois pas de souci en règle générale pour le tout petit bébé, mais parfois, peu à peu, certains petits enfants vont éprouver des difficultés à aller aux toilettes et se retenir volontairement. Plusieurs raisons peuvent être invoquées  (le stress par exemple), mais ici je ne vais parler que le phénomène de constipation. Constipé, votre enfant peut avoir des douleurs lors de la défécation et ensuite ne plus vouloir aller à la selle pour éviter cela ! Ce qui entretient bien sûr le phénomène et il est parfois difficile de sortir de ce cercle vicieux. D’où l’importance de ne pas laisser perdurer un état de constipation. Si la médication peut être une aide ponctuelle, l’alimentation est quant à elle une amie éternelle.

.

L’impact de l’alimentation

Lors de mes recherches sur le sujet j’ai parfois lu ou entendu certains médecins dire que chez les nourrissons l’alimentation n’avait vraiment d’impact sur le transit et qu’il fallait favoriser la prise de médicaments. Ce n’est pas la majorité d’entre eux et honnêtement, de mon expérience de maman, j’ai vraiment pu constaté le contraire ! 

En fonction de ce que je lui donne à manger ses selles sont différentes.

La composition des aliments favorise ou non le transit notamment grâce à la présence de fibres, ces nutriments qu’on trouve en plus grande quantité dans les fruits, les légumes ou les céréales complètes.

.

💡A noter : il existe deux types de fibres : les fibres solubles et les fibres insolubles. Leur rôle sur le transit diffère. De façon simplifiée, les fibres solubles vont plutôt ralentir le transit, alors qu’à l’inverse les fibres insolubles auront tendance à accélérer le transit.

.

Ainsi tout comme nous, adultes, les fruits et légumes vont aider au bon fonctionnement intestinal des bébés et enfants.

Cependant attention de ne pas tomber dans l’excès non plus au risque d’accroître les phénomènes de diarrhée, de gaz, d’inconfort, voir de douleurs intestinales.

.

💡A noter : La seule différence avec les enfants qui mangent des morceaux ou les adultes c’est que l’alimentation des petits bébés est constituée de purées et de compotes mixées et bien cuites. Les fibres sont partiellement détruites lors de ce procédé de préparation culinaire. Cela réduit l’impact des fruits et légumes sur le transit mais ne le fait pas disparaître complètement. 

.

De part la nature de ce blog je vais uniquement me focaliser sur l’alimentation.

.

Alimentation et diarrhée chez les tout-petits

.

La diarrhée chez les bébés ne se définit pas uniquement par des selles plus nombreuses (plus de 4 ou 5  par jour), mais également par leur abondance et leur aspect beaucoup plus liquide. Il faut bien prendre l’ensemble des éléments en compte, notamment pour les bébés allaités au sein car ce n’est pas rare, lors des premières semaines, qu’ils aient des selles à chaque change et ce n’est pas absolument pas inquiétant.
(Et je le répète à nouveau mais au moindre doute, n’hésitez pas à consulter.)

.

💡A noter : Un bébé au sein peut présenter parfois des selles mousseuses. Cela peut être un signe qu’il ne va pas jusqu’au bout de la tétée et ne boit que l’eau du début de tétée. Car pour rappel, la composition du lait varie au cours d’une même tétée : majoritairement constitué d’eau au début, il va ensuite être plus sucré en milieu de tétée et enfin beaucoup plus riche en lipides (matières grasses) en fin de tétée. Et non seulement bébé a besoin de tous ces nutriments mais ce sont également les glucides et les lipides qui vont donner aux selles plus de consistance ! 

.

L’importance de l’hydratation

Si votre tout-petit souffre de diarrhées, le point crucial est de veiller à ce qu’il ne se déshydrate pas. Il va falloir compenser l’eau perdue dans les selles par une bonne hydratation. La première étape sera de lui donner de l’eau en plus de son biberon de lait (soit au biberon, soit à la cuillère, à la paille ou au verre selon ce qu’il accepte). Si ce n’est pas suffisant il faudra lui donner une solution de réhydratation, qui s’achète en pharmacie, et que vous allez diluer dans de l’eau et administrer toutes les 10 ou 15 minutes.

Si votre bébé est déjà diversifié alors l’eau supplémentaire viendra en complément de ses repas habituels. 

.

Les eaux à privilégier

Les eaux faiblement minéralisées (comme Vittel, Evian ou Mont Roucous)

.

Les eaux à éviter

Les eaux riches en minéraux (comme Hépar, Courmayer ou Contrex)

💡A noter : En cas de diarrhée assez importante le plus important est vraiment de réhydrater votre bébé dans les 1ères heures et seulement ensuite de le re-nutrire. Si votre enfant ne veut rien manger, laissez-lui du temps, le principal est qu’il boive bien régulièrement.

.

Le choix des aliments

Certains aliments sont à favoriser et d’autres à éviter en cas de diarrhée !

(liste non exhaustive, ce sont ici les principaux)

.

Aliments à favoriser 

  • le riz
  • les pâtes
  • la carotte 
  • la pomme de terre
  • le coing
  • la banane

.

Aliments à éviter

  • le poireaux
  • les choux (brocolis, chou-fleur…)
  • la patate douce
  • les épinards
  • les haricots verts
  • les pruneaux
  • les prunes
  • la rhubarbe
  • les jus de fruits 
  • l’exclusion du lait, des laitages et des matières grasses sur cette période est à discuter avec votre pédiatre

.

Alimentation et constipation chez les tout-petits

.

On parle de constipation lorsqu’il n’y a pas de selles ou des selles très espacées mais également lorsqu’elles sont très solides et que bébé a du mal à les faire, à pousser

.

Signes de constipation ou d’inconfort intestinal :

🔺 Irritabilité 

🔺 Production de selles volumineuses et/ou douloureuses

🔺 Ventre ballonné, gonflé, dur et douloureux : si vous sentez votre bébé soulagé lorsque vous le posez sur le ventre, cela est un signe qu’il a des douleurs gastriques 

🔺 Douleurs abdominales qui persistent après une selle

🔺 Selles striées de sang, généralement dues à des lésions anales engendrées par le passage de selles dures

🔺 Des selles semblables à de petites boules dures

.

Si vous avez exclu l’aspect psychologique (choc émotionnel par exemple) et les pathologies possibles avec votre médecin, il faut vous pencher vers l’alimentation.

.

💡A noter : La majorité des constipations chez l’enfant sont dites “fonctionnelles”. Cela signifie qu’elles ne sont pas liées à une pathologie précise. La plupart du temps, elles ne sont que passagères et dues à de simples facteurs alimentaires :

-> Biberons mal préparés : quantité d’eau insuffisante au regard de la quantité de lait maternisé en poudre

-> Changement d’alimentation (au moment de la diversification alimentaire par exemple)

-> Hydratation insuffisants en eau

-> Alimentation peu riche en fibres (ou trop riches insolubles)

.

L’automédication est en revanche à proscrire : les suppositoires à effet laxatif ne seront à administrer que sur conseil de votre médecin ou du pédiatre qui suit votre enfant. Ne soyez pas tentée d’utiliser de votre propre chef une méthode agressive comme un lavement ou l’introduction d’un thermomètre par voie rectale pour stimuler le réflexe naturel d’expulsion, au risque de provoquer des lésions et d’augmenter la douleur de votre enfant.

.

L’importance de l’hydratation

Il ne faut pas hésiter à lui proposer de l’eau en dehors des tétées ou des biberons, surtout en été. Il est possible qu’au début il soit un peu réfractaire (surtout si vous l’allaiter au sein) mais il finira par s’habituer. 

.

💡A noter : Attention les jus de fruits ne sont pas de l’eau. En cas de constipation les jus de fruits maison peuvent aider mais ils ne substituent pas à l’eau. Dans tous les cas il faut éviter les jus de fruits industriels beaucoup trop sucrés et sans fibres.

.

Les eaux à favoriser, partiellement, sont les eaux riches en magnésium telles que Hépar, Contrex et Courmayer.

Mais attention, je dis bien “partiellement”, car votre bébé ne devra pas en consommer une trop grande quantité.

En effet, les eaux riches en magnésium sont plus généralement riches en minéraux et donc en calcium. Les bébés consomment déjà une forte quantité de calcium au quotidien et n’ont pas besoin d’un apport supplémentaire trop importants. L’excès de calcium peut être nocif pour ses reins et son bon développement.

Je vous conseille donc d’utiliser ces eaux riches en minéraux avec parcimonie : de petites doses ponctuellement.

Enfin, vous pouvez ajouter aux biberons quelques cuillères à café de bouillon de légumes.

.

Le choix des aliments

Augmentez la quantité de fibres dans ses repas en proposant davantage de légumes verts, de patates douces et de fruits. Vous allez presque retrouver la même liste que tout à l’heure mais inversée !

(liste non exhaustive, ce sont ici les principaux)

.

Aliments à favoriser

  • le poireaux
  • les choux (brocolis, chou-fleur…)
  • la patate douce
  • les épinards
  • les haricots verts
  • les pruneaux
  • les prunes
  • la rhubarbe

.

Aliments à éviter

  • le riz
  • les pâtes
  • la carotte 
  • la pomme de terre
  • le coing
  • la banane
  • le chocolat sous toutes ses formes
  • les farines à diluer dans les biberons type Blédine

.

💡 Si votre bébé n’a pas grand appétit vous pouvez essayer ponctuellement de fractionner ses repas en plusieurs petits repas. Ce n’est qu’une solution ponctuelle mais cela peut l’aider le temps de retrouver des forces.

.

Récapitulons

.

Que votre bébé souffre de diarrhée ou de constipation (à condition que toute cause pathologique soit exclue par votre médecin), je vous conseille fortement de vous pencher vers l’alimentation et d’adapter vos préparations à son transit !

Les carottes, pommes de terre, riz, pâtes, coings et bananes sont à favoriser en cas de diarrhée. A l’inverse, si votre tout petit rencontre des problèmes de constipation, proposez-lui plutôt de la patate douce, des purées de légumes verts et des compotes de pruneaux.

Dans tous les cas l’hydratation reste primordiale.

J’espère que cet article aura apporté un maximum de réponses à vos questions et vous aura intéressé ! Si c’est le cas vous pouvez le partager à d’autres mamans en quêtes de solutions pour gérer le transit de leur bébé 🙂.

 💬 À très vite sur dis-maman.fr !
Partagez l'article
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Fermer le menu