Quelles matières grasses pour bébé ?

Quelles matières grasses pour bébé ?

Faut-il donner du gras à bébé dés le début de la diversification alimentaire ? Et en quelle quantité ? Est-ce que tous les lipides se valent ? Quelles huiles choisir pour son enfant ? Vous aurez toutes les réponses à ces questions dans cet article.

“Donnez une cuillère d’huile à café à chaque purée tous les jours à votre bébé dès le début de la diversification alimentaire” me dit le médecin, mon fils avait alors 5 mois.

Ah bon ?!

A l’époque ça me paraissait énorme. C’était presque autant que la quantité de purée qu’il mangeait !

Et j’avoue que les 2-3 premières semaines je ne respectais pas vraiment cette instruction…

Mais ça me tracassait quand même et j’ai cherché plus d’information, j’ai creusé le pourquoi du comment et j’ai compris.

Dans cette article je vous partage ce que j’ai découvert et ce que les médecins et pédiatres devraient expliquer plus amplement aux parents.

Je pense que nous les mamans nous manquons souvent d’information et nous faisons avec les moyens du bord.

Faut-il donner du gras à bébé ?

Nous sortons tout juste de 50 ans de propagande “anti-gras”, ce qui a altéré notre jugement et supprimer l’habitude d’utiliser des matières grasses pour la cuisine sans nous dire que c’était mauvais.

“Le gras ça fait grossir”, “ça donne du cholestérol”, bref c’est le MAL.

Pourtant, du temps de la génération de nos grands-parents et bien avant, les matières grasses étaient source de santé, d’énergie, de robustesse. Et ils avaient bien raison !

Une interprétation “hasardeuse” d’une étude scientifique, un lobby du sucre cherchant un coupable sur lequel imputer les problèmes d’obésité, une méconnaissance du fonctionnement exact de notre corps vis-à-vis des molécules de cholestérol, sont autant de facteurs qui ont diabolisé les lipides et fait fleurir les produits allégés dans tous les rayons des supermarchés.

Et il est grand temps de réhabiliter les lipides dans leur rôle fondamental ! Aujourd’hui, les études montrant l’importance cruciale des acides gras dans notre alimentation et notamment chez les bébés sont nombreuses et indiscutables. Toute la communauté scientifique s’accorde pour dire que leurs bienfaits sont multiples : 

-Renforcement de l’immunité

-Développement cognitif (le cerveau est quand même constitué de 50% de gras !), développement physique

-Soutien au système hormonal

-Soutien à la santé des tissus (peau, ongles, cheveux) 

-Participation à l’absorption des vitamines A, D, E et K
Les lipides sont un des 3 piliers de son alimentation, ils font parties des macronutriments et sont une source d’énergie considérable chez les bébés. 

On considère que les matières grasses représentent près de la moitié des réserves énergétiques de Bébé jusqu’à 3 ans. “C’est énorme !” allez-vous peut-être penser. Non, finalement c’est plutôt logique ! En effet, c’est le lait qui est la source de lipides la plus importante. Le lait maternel, (surtout le lait du matin et le lait de fin de tétée) est très riches en bonnes matières grasses.

“Ok, les matières grasses, finalement c’est nécessaires”. J’avais changé non seulement mon fusil d’épaule et je n’ai plus hésité depuis à rajouter des matières grasses dans les plats de bébé mais pas seulement : j’ai aussi changé vis-à-vis de ma propre alimentation ! Et oui, autant évoluer avec bébé et rester logique avec soi-même.

Cela dit, plusieurs questions ont découlé de ce choix alimentaire et je tiens à vous prévenir, les réponses que j’ai trouvées sont parfois choquantes et dans tous les cas à connaître pour se faire son propre avis :

❓ Est-ce toutes les matières grasses se valent ?

❓ Quelles sont les meilleures matières grasses pour bébé ?

❓ Y a-t-il des matières grasses à bannir et si oui lesquelles ?

❓ Quelle place ont les matières grasses dans le repas en terme de quantité ?

❓ La conservation a-t-elle un impact quelconque sur leurs attributs ?

❓ La cuisson peut-elle altérer ou rendre nocive les matières grasses et si oui lesquelles et comment ?

Une matière grasse en vaut-elle une autre ?

Non. La réponse est claire et catégorique.

C’est pour ça que la recommandation qui consiste juste à dire qu’il faut une cuillère d’huile peut conduire à de mauvaises pratiques alimentaires, à de mauvais choix, et à un danger pour la santé de nos enfant. Il faut choisir les BONNES matières grasses.

Parmi les matières grasses il y a les huiles et parmi les huiles on retrouve là-aussi de nombreuses variétés différentes dont certaines sont à bannir.

Les différentes matières grasses

Les matières grasses animales : à donner avec parcimonie

– Les produits laitiers (beurre, ghee, crème, fromage)

– Les viandes grasses (porc, agneau, boeuf…)

– Les poissons gras (saumon, thon, sardines, maquereau, dorade)

Les matières grasses végétales : à bien sélectionner

– les huiles (colza, olive, noix, lin…)

– les oléagineux (noix, noix de cajou, amandes…)

– certains fruits ou légumes/fruits (noix de coco, avocat)

Les matières grasses industrielles : à éviter à tout prix

Elles sont synthétisées par des procédés industriels (tels que l’hydrogénation des huiles végétales), et sont ensuite utilisées pour les plats transformés notamment. On parle ici des acides gras trans non naturels. C’est une des raisons, entre autres, qui me pousse toujours à vous conseiller d’éviter tous les produits ultra transformés pour vos bébés.

Quelles sont les meilleures matières grasses pour bébé ?

Il existe différents types de lipides et certains d’entres eux doivent être apportés par notre alimentation car notre corps ne peut pas les synthétiser par lui-même alors qu’il en a besoin pour bien fonctionner.

C’est le cas pour les oméga 3 et 6. Cependant si l’on consomme trop d’oméga 6 au détriment des oméga 3 alors les bienfaits pour la santé sont perdus et cela peut générer un état inflammatoire chronique, autrement dit un terrain propice à l’apparition de maladies.

Dans notre alimentation moderne c’est pourtant très / trop souvent le cas.

Visiblement, il faudrait 5 oméga 6 pour 1 oméga 3 mais ce ratio ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique et parfois je vois des ratios de 1 pour 4 voir même 1 pour 3.

En même temps il n’est pas vraiment facile de savoir quel ratio nous consommons réellement dans nos assiettes donc peu importe, la seule chose à retenir est qu’il faut mieux s’orienter vers des sources d’oméga 3 ou des matières grasses ayant un ratio favorable, pour agrémenter les purées de bébé ! C’est entre autres pour cette raison que certaines matières grasses vont être plus conseillées que d’autres.

Les meilleures matières grasses vont être les huiles, en tout cas certaines d’entre elles.

Les graisses issues de la viande, des poissons ou du fromage sont aussi intéressantes tant qu’elles ne sont pas en quantité trop importante (c’est à dire en respectant les recommandations des professionnelles de santé).

On évitera donc un maximum le beurre, les crèmes mais surtout les lipides industriels.

Quelles sont les meilleures huiles ?

Huile d’olive

Huile de colza

Huile de lin (si consommée très rapidement)

Huile de chanvre

Huile de bourrache

Huile de noix

Huile de coco

Y a-t-il des matières grasses à bannir et si oui lesquelles ?

Les produits industriels. Mais vous commencez à connaître mon point de vue là-dessus. Un bébé ne devrait pas être exposé à ces produits ultra transformé et leurs huiles toxiques si on veut qu’il soit (et reste) en bonne santé.

Puis, comme je l’évoquais juste au dessus, les matières grasses en oméga 6 sont à laisser de côté puisqu’elles sont déjà très présentes dans les produits animaux (viandes et produits laitiers). Ainsi, pour équilibrer la consommation de ces aliments, lorsqu’on choisit des matières grasses à rajouter aux purées de nos bébés autant nous orienter vers les huiles riches en oméga 3 comme la liste ci-dessus, et éviter celles qui suivent au maximum. Donc entre autre : STOP à l’huile de tournesol, surtout dans ces infâmes bouteilles en plastique toxiques et pas opaque mais ça j’y reviendrai après.

Les matières grasses des oeufs sont extrêmement intéressantes. Le débat du cholestérol des oeufs est aujourd’hui complètement dépassé et heureusement qu’on peut réintroduire cet aliment dans l’assiette de bébé sans crainte.

Par contre, attention, veillez à ce que vos produits soient de bonne qualité  : soit bio soit issus d’une production que vous connaissez et en qui vous avez confiance.

Une poule nourrie aux farines et boostée aux antibiotiques ou aux OGM ne fera pas de bons oeufs pour vos enfants ! Bien au contraire… Idem pour tous les produits animaux. 

Quelles sont les huiles à éviter ?

Huile de tournesol

Huile de pépin de raisin

Huile de palme

Huile d’arachide

Huile de maïs

Quelle place ont les matières grasses dans le repas en terme de quantité ?

Avec 9 kcal/g, les matières grasses sont les macronutriments les énergétiques de l’alimentation (si on les compare aux protéines et aux glucides qui apportent chacun 4 kcal/g). Il ne faut donc en abuser en terme de quantité au risque d’avoir un impact sur négatif sur le poids. Il est important de respecter un équilibre entre les glucides, les protéines et les lipides.

Maintenant comme je le disais plus haut les bébés ont proportionnellement un besoin plus important que celui les adultes en lipides et à partir du moment où vous donnez à votre enfant des légumes, des fruits, de la viande etc il peu probable que vous soyez dans l’excès des matières grasses.

Je pense qu’un filet d’huile (ou bien, de temps à autre, une petite cuillère à café de crème, ou bien une noix de beurre) dans chaque plat de bébé est parfait.

En ce qui me concerne j’ajuste la quantité de matière grasses que je rajoute en fonction du plat en lui-même. Par exemple si je fais du saumon, qui est déjà très riche en lipides, je ne rajoute rien, idem lorsque je fais cuire du canard par exemple, j’utilise juste le jus de la viande. Sinon pour les purées de légumes cuites ou les légumes crus je rajoute un peu plus d’huile de lin ou de colza. Sachant qu’en plus depuis que mon fils a plus d’un an je suis donne des oléagineux et des graines qui sont très riches en bonnes matières grasses également.

La conservation a-t-elle un impact quelconque sur leurs attributs ?

Malgré certaines habitudes bien ancrées, il faut savoir que les huiles se conservent presque toutes au frais et à l’abri de la lumière. Exception : huile de tournesol, huile d’arachide, huile de coco et huile d’olive. 

Voici 5 règles d’or pour le choix de vos huiles :

✅ Les choisir dans un contenant opaque pour une meilleure conservation.

✅ Les choisir dans des contenants de petite quantité pour une meilleure conservation des oméga3. 

✅ Les choisir surtout dans un contenant en verre : en effet les perturbateurs endocriniens contenus dans tous les plastiques passent dans l’eau mais surtout dans l’huile puisqu’ils sont liposolubles (c’est à dire solubles dans les graisses) !

✅ Eviter les huiles sans mention sur le procédé de fabrication car cela signifie en principe qu’elles ont subi des traitement chimiques qui ont dégradé leurs vertus.

✅ Privilégier les huiles de 1ère pression à froid, vierge extra, qui sont obtenues par des procédés mécaniques et pressurage à froid, avec un seul et même passage et dont la température n’aura pas dépassé 27° ce qui permet de conserver les nutriments. 

La cuisson peut-elle altérer ou rendre nocive les matières grasses et si oui lesquelles et comment ?

Il y a quelques années en arrière je savais que de trop faire chauffer son huile ou son beurre dans la poêle altérait le goût mais j’ignorais l’importance de ce qu’on appelle le point de fumée, sur la santé. Hors cette notion est capitale !

Le point de fumée de l’huile est la température à partir de laquelle elle se dégrade, à partir de laquelle elle devient nocive pour la santé notamment à cause des composés cancérigènes qu’elle produit. Ce point de fumée varie en fonction des huiles. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’utiliser plutôt de l’huile d’olive ou de coco pour la cuisson et de conserver les autres huiles ou le beurre pour les assaisonnement ou à rajouter après la cuisson.

On évitera dans tous les cas les cuissons trop agressives : au four, au barbecue, à la poêle, pour favoriser les cuissons vapeur (si possible vapeur douce) ainsi que le cru dés que c’est possible.

Résumons

▶️ Les matières grasses sont absolument indispensables pour le bon développement de nos enfants, pour leur système immunitaire, pour leur système hormonal, bref pour leur santé.

▶️ Par contre, ce qui est le plus important, au delà de la quantité que vous leur donnez, c’est surtout le choix que vous allez faire parmi toutes les matières grasses qui existent.

▶️ Toutes les sources naturelles et non raffinées seront dans tous les cas à favoriser, puis il est préférable ensuite de s’orienter vers des sources végétales et surtout des produits riches en oméga 3.

▶️ Le mieux, je pense, est de varier les huiles, de les mixer au sein d’une même journée ou à défaut d’une même semaine, pour que bébé puisse tirer parti d’un plus grand panel de bienfaits. Sachant qu’on peut mettre l’accent sur l’huile d’olive, de coco, de colza, de lin.

▶️ Puis le contenant, la conservation et l’utilisation que vous en avez (cuisson ou non) va aussi jouer un rôle sur la santé de bébé.

▶️ Les éléments cancérigènes ou les perturbateurs endocriniens sont tellement nombreux et partout autour de nous et de nos enfants, sans forcément qu’on puisse avoir la mainmise dessus, qu’il est préférable de les éviter au moins quand on peut. La connaissance est toujours la clé des meilleurs choix alimentaires alors autant en profiter !

J’espère que cet article vous a plu ! Si c’est le cas pensez à le partager ou même le commenter. Merci d’avance 😊

 💬 À très vite sur dis-maman.fr !
Partagez l'article
  •  
  • 14
  •  
  •  
  •  
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Fermer le menu