Comment cuisiner sans gluten pour bébé

Comment cuisiner sans gluten pour bébé

Comment se positionner par rapport au gluten ? Est-ce souhaitable de ne pas proposer d’aliments riches en gluten à bébé pendant la diversification alimentaire ? Et si oui, comment s’organiser au quotidien ? Quels sont les bons réflexes pour bannir le gluten de la cuisine ? Bref, comment réussir à cuisiner sans gluten pour nous les mamans ? Je vais essayer de répondre à toutes ces questions dans cet article. Bonne lecture !

Pourquoi à la maison c’est 90% sans gluten

Un mieux pour la santé de bébé

Dans mon article Bébé et le gluten : je t’aime moi non plus, je vous explique en détails ce qu’est le gluten et pourquoi il pose problème.
Je vous précisais aussi la différence entre allergie, intolérance ou sensibilité au gluten. Ainsi, même si bébé ne présente aucune allergie à cette protéine, il peut tout à fait développer au fil des une hypersensibilité qui peut l’handicaper dans son bien être quotidien et à terme nuire à sa santé.
Ainsi je concluais l’article en vous disant que selon moi, au regard de toutes mes lectures et de toutes les résultats d’études que j’ai pu consulter, il est préférable de jouer la carte de la prudence et d’éviter un maximum le gluten dans l’alimentation de bébé. Je vous propose d’aller directement parcourir l’article si vous souhaitez en savoir plus.

▶️ Ce que je voudrais surtout mettre en évidence ici, c’est qu’il n’est pas obligatoire de donner des aliments riches en gluten à bébé pour qu’il grandisse. Le médecin ou le pédiatre qui vous dirait ça se serait vraiment pas sérieux. Et je n’ai aucune prétention en disant cela.
Il suffit juste de regarder ce qui se passe ailleurs dans le monde. Car oui la culture des pâtes et des produits à base de blé en général n’existe pas partout autour du globe ! Dans les pays asiatiques les nourrissons sont élevés au riz, en Amérique du sud c’est surtout le maïs et les légumineuses qui prédominent. En Afrique ce sont surtout les bouillies à base de millet ou de manioc.
❓❓ Pourquoi est-ce que je vous dis tout ça ?
Simplement parce qu’on a tendance à généraliser ce que l’on voit autour nous et à en faire notre cadre de référence sans jamais penser à le remettre en question.
Ça a été mon cas pendant des années et je suis plutôt heureuse aujourd’hui de pouvoir m’ouvrir l’esprit et d’entretenir ma curiosité.

Ainsi, même si tous les produits à base de farine de blé sont moins chers, simples à cuisiner et ont un goût bien familier, je les laisse dans les rayons. Et je m’arrange pour proposer à mon fils et à toute la famille un maximum de produits moins “classiques” et pourtant souvent plus goûtus, plus nutritifs et surtout moins “à risque” pour le système digestif.
Alors pourquoi je vous parle de 90% sans gluten et pas 100% ?
Je crois profondément que c’est la dose qui fait le poison. Un écart de quoique soit peut être gérer par le corps. Il a des capacités adaptatives formidables. Par contre à l’inverse l’exposition chronique à quelque chose qui ne lui convient pas va lui nuire. Alors autant prendre de bonnes habitudes depuis tout petit sans s’alarmer des petits écarts sur le chemin qu’on emprunte !

Une nouvelle organisation à prendre

Maintenant, je ne vous dis pas que ma démarche sans-gluten s’est faite en un claquement de doigts ! Au début j’ai un peu tâtonné. Il m’a fallu m’organiser différemment.
🔸 Au niveau des courses : certains produits que je prenais par habitude étaient à base de blé sans que je m’en sois fait la réflexion avant.
🔸 En cuisine : quand on enlève certains produits il faut bien trouver par quoi les remplacer et innover un peu plus, surtout au niveau des préparations (quiches, cakes, gâteaux etc.).

Cuisiner sans gluten pour bébé : par quoi commencer

Déchiffrer les étiquettes

Savoir déchiffrer les étiquettes des produits que vous achetez est la base. Et c’est d’ailleurs important pour bien choisir ses sources de matières grasses et connaître la dose de sucre ou encore la présence ou non d’additifs alimentaires ou d’édulcorant. Donc dans tous les cas c’est une “pratique” que je recommanderais à toutes les mamans curieuses.
Cela évite de se fier aveuglément à la face “marketing des produits” qui, sans lui attribuer des intentions mensongères, est simplement très douée pour ne pas tout dire. Par exemple, je me rappelle m’être faite avoir par des spaghettis dites “au quinoa” : au final elles étaient composées de farine de blé + de la farine de quinoa.
De plus dans de nombreux plats préparés le gluten est utilisé isolément pour donner de la texture. Et oui il ne faut pas oublier que c’est une forme de colle et que cette caractéristique le rend particulièrement attractif pour les industriels. Ils en mettent partout !
😳 Par exemple dans les aliments panés, les chips, la charcuterie, les bouillons cubes, certaines soupes… Il y a en même dans les dentifrices et les médicaments.

Petit rappel pour bien lire les étiquettes : souvenez-vous que la liste d’ingrédients n’est pas établie au hasard. Les ingrédients sont listés par ordre décroissant de quantité : du plus présent au moins présent. Ainsi, rien que le premier ingrédient peut déjà vous aider à faire votre choix et à déposer le paquet dans le caddie ou dans le rayon !

S’éloigner des produits markétés “sans gluten”

J’ai cru au début que les produits étiquetés “sans gluten” ou “gluten free” étaient une bonne solution. Pour m’apercevoir finalement qu’il n’en est rien. Aujourd’hui, soit les aliments sont naturellement sans gluten, soit je les laisse où ils sont ! Les pains sans gluten ou autres plats sans gluten sont bourrés d’additifs qui essaient de compenser le goût et le côté épaississant et collant du gluten. Ou alors les industriels utilisent des farines de riz et de maïs qui, en tant que telles ont des indices glycémiques très élevés et ne sont pas à consommer trop régulièrement pour la santé. (si cette notion ne vous est pas familière n’hésitez pas à parcourir cet article où j’en parle plus en détail)

Manger brut

La solution est alors toute trouvée : s’orienter un maximum vers les aliments bruts. Les aliments naturels, qu’on trouve directement dans la nature et qui sont majoritairement naturellement sans gluten. Ainsi, pas de mauvaise surprise et pas de prise de tête dans les rayons des magasins.
Le livre d’Anthony Fardet (“Stop aux aliments transformés, mangeons vrai“), que j’avais découvert grâce au podcast “Au mieux de ta forme” de Lisa Salis, thérapeute en naturopathie (entre autre !) m’a vraiment ouvert les yeux sur la distinction entre aliment brut et aliments transformés et ultra-transformés. Ces fameux AUT nous empoisonnent la santé, preuves et chiffres à l’appui !
Ainsi, un cheminement vers le sans gluten s’inscrit parfaitement dans une démarche d’alimentation santé plus globale et c’est exactement ce qu’il nous faut pour nos bébés ne pensez-vous pas ?!

Alors maintenant voyons dans les grandes lignes quels sont ces aliments bruts, naturellement sans gluten

Les aliments naturellement sans gluten

Tous les fruits, les légumes

Sans grande surprise, les fruits et les légumes sont naturellement sans gluten.
Je pourrais vous conseiller 2 choses à ce sujet :
✅ orientez-vous vers des produits locaux, en cherchant les meilleures cultures (les plus saines et les plus responsables) autour de chez vous
✅ et/ou optez pour du BIO un maximum afin d’éviter tout pesticide et produits chimiques qui sont de puissants perturbateurs endocriniens et nuisent au bon développement hormonal de nos bébés.

Notons que les 5 fruits et légumes recommandés par les organismes de santé sont assez vagues et sont inférieurs à ce qu’on devrait donner à nos bébés. 5 fruits et légumes ça représente quoi exactement ? 1 pomme n’est pas 1 framboise et 1 courgette n’est pas comme 1 radis. On parle bien de portion alors mais… une portion de quelle quantité ? Pas si évident.
Je trouve que les recommandations de s’orienter vers 80% de l’assiette en végétaux sont plus simples à comprendre et à appliquer et correspond mieux à ma vision de la santé pour bébé.

Les sources de protéines

Pas de gluten non plus dans les sources de protéines animales : oeufs, poissons, viandes.
⚠️ Par contre les sources de protéines végétales sont à regarder de plus près puisque les céréales par exemple en font partie et bien sûr une grande partie des céréales est à base de blé donc contient du gluten.
Vous n’aurez pas de mauvaises surprises avec le tofu et les légumineuses qui sont aussi d’excellentes sources de protéines végétales (pois chiche, pois cassés, petits pois, lentilles, haricots…)

Les oléagineux

Les oléagineux sont excellents pour bébé ! Leur richesse en fibres, en protéines également, et minéraux et vitamines en font des aliments santé et ils sont sans gluten. Youpi ! Je ne vais pas développer plus ici car je vous ai écrit 2 articles complets sur le sujet que vous pouvez aller parcourir si cela vous intéresse : Les oléagineux pour bébé : quand, quoi, comment ? et Les purées d’oléagineux pour bébé.

Quid des féculents…

Les féculents sont bien sûr les plus à regarder lorsqu’il s’agit d’éviter le gluten. Toujours en référence avec les céréales. Vous pouvez y aller les yeux fermés lorsqu’il s’agit de légumineuses, de tubercules ou de légumes racines mais les céréales sont à étudier une bonne fois pour toute pour bien les connaître.
Je vous ai préparé une liste très complète des céréales avec et sans gluten dans l’article intitulé : “Quels sont les meilleurs féculents pour bébé“. Je pense que ça va vous faire gagner un temps fou !

Les préparation à base de farine

Les cakes, quiches, tartes, gâteaux … sont des préparations plus “challenge” lorsqu’il s’agit d’enlever la farine de blé. En tout cas c’est ce qui m’a posée personnellement le plus de problème. Problème dans la réalisation. Mais pas vraiment dans le quotidien car ce ne sont pas des plats que je prépare très régulièrement. Très sucré, beaucoup de beurre, cuisson trop agressive… de mon point de vue ce n’est pas le top pour bébé alors ça reste très ponctuel.

Le problème du sans gluten (farine et levure)

Dans les gâteaux, les pizzas, les tartes etc “normaux”… vous avez 2 sources de gluten : la pâte en elle-même, réalisée avec de la farine de blé, mais aussi la levure chimique.

Le blé et son gluten sont extrêmement propice à la cuisine en général de part sa caractéristique collante et épaississante comme nous l’avons déjà évoqué. Aucune autre farine ne présente les mêmes propriétés. C’est pour cette raison que le pain avec toute autre farine ne peut pas gonfler de la même façon et avoir la même texture.
Maintenant c’est possible. Surtout pour les gâteau très denses (ex : le banana bread). Le goût est un peu différent mais on y arrive !
Le plus dur c’est pour les pâtes à tarte, quiche ou pizza. Certains sites spécialisés dans le “sans gluten” vous propose des dizaines de recettes et des dizaines d’astuces pour remplacer la farine de blé et réussir vos préparations.
Je préfère vous y renvoyer car je ne suis pas du tout une spécialiste sur le sujet. Je sais juste que c’est possible !

Personnellement j’ai tendance à associer blé et une autre farine lorsque j’en cuisine. Comme c’est rare, ça revient à ce que je vous disais en introduction.

Et pour finir, si vous voulez éviter le gluten dans la levure, orientez-vous vers de la levure de boulanger (plutôt que de la levure chimique) ou vers le bicarbonate de sodium associé à quelques gouttes de citron.

Les différentes farines

Pour démarrer, voici déjà une liste des farines sans gluten. Attention à l’index glycémique de certaines : autant limiter les IG très élevés. Voici donc une liste par IG directement.

IG > 60IG entre 45 et 60IG < 40
Farine de RIZ BLANC (95)
Farine de RIZ COMPLET (75)
Farine de MILLET (70)
Farine de CHATAIGNE (65)
Farine de MANIOC (90)
Farine de TAPIOCA (95)
Farine de SORGHO (65)
Farine de CHANVRE (45)
Farine de FONIO (55)
Farine de TEFF (55)
Farine de PATATE DOUCE (50)
Farine de QUINOA (40)
Farine de POIS CHICHE (35)
Farine de SARRASIN (40)
Farine de COCO (35)
Farine d’AMARANTE (40)
Farine de LUPIN (15)
Farine de SOJA (20)

Vous ne les trouverez pas toutes en grandes surfaces, il faut faudra sûrement regarder dans les petits magasins vracs ou les enseignes bio.

Mes préférées sont incontestablement la farine de patate douce, celle de coco, de teff (sans goût donc pratique car va avec tout) et châtaigne (à l’inverse très goûtue donc bien choisir sa recette !).

Voici pour les plus curieuses d’entre vous, les travaux qui m’ont inspirées sur le sujet.

Anthony FardetM.Kaplan, A.EtnerJulien VenessonLisa Salis
Podcast :
Au mieux de
ta forme
🎧

Voilà les mamans, j’espère que cet article vous a plu ! Et vous a aidé à y voir plus clair. Vous pouvez commenter et/ou partager bien sûr 🙂

 💬 À très vite sur dis-maman.fr !
Partagez l'article
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Shares

Leave a Reply

Close Menu