Les oléagineux pour bébé : quand, comment, pourquoi

Les oléagineux pour bébé : quand, comment, pourquoi

Que sont les oléagineux ?

Définition

La définition d’oléagineux fait référence à un ensemble de plantes cultivées pour leur graines ou leurs fruits très riches en matières grasses et dont on peut éventuellement extraire l’huile soit pour l’alimentation mais aussi à des fins pharmaceutiques, cosmétiques, chimiques etc. Mais plus communément le terme d’oléagineux correspond aux différentes fruits à coques et graines, noix qu’on peut manger secs, grillés, bruts, en poudre, en purée etc.

Est-ce qu’on peut donner dans risque des oléagineux à son bébé ? C’est une des premières questions que je me suis posée au début de la diversification alimentaire tant j’aime ces petites graines et noix ! Alors oui, bien sûr, mais pas à n’importe quel âge et pas n’importe comment.

Voici les plus connus

noix-bebe-oleagineux-dis-maman

Attention au sel

Le sel est néfaste pour la santé de bébé, surtout le sel de table, blanc, fin qui est très déminéralisant et dont les industriels se servent justement pour saler les noix et graines. Donc on évitera tout oléagineux salés pour bébé. Seul les noix et graines bruts, natures et non grillés seront intéressants.

L’intérêt nutritionnel des graines et fruits à coque pour bébé

Les fibres

Les oléagineux sont riches en fibres et celles-ci sont excellentes pour la santé de bébé. Elles lui permettent d’avoir un bon transit comme je vous l’explique dans cet article : Améliorer le transit de bébé grâce à son assiette.
Mais elles jouent également un rôle cruciale pour la constitution et le maintient d’un microbiote intestinal équilibré dont on connait aujourd’hui l’impact sur l’immunité, les comportements alimentaires, les allergies, … bref, sur la santé !

Les oméga3

Les oléagineux sont souvent de très bonnes sources d’oméga3. Pour rappel ces acides gras sont essentiels au bon développement du cerveau, au système immunitaire, à la production et régénération des cellules etc.
Si vous souhaitez aller plus loin vous pouvez consulter cet l’article : Quelles matières grasses pour bébé ?.

Les protéines

Les fruits à coque et les graines sont également bien connus pour être une source de protéine intéressante. Les protéines sont essentielles à l’organisme puisqu’elles constituent la structure même de notre corps grâce aux acides aminés qu’elles renferment. Os, muscles, neurotransmetteurs, enzymes…les protéines sont partout. Et pour un corps en pleine croissance comme bébé il ne faut certainement pas les négliger. Cependant, quand on évoque les protéines on pense souvent à la viande, au poisson ou encore aux oeufs. Mais les sources de protéines végétales sont également très intéressantes pour nos enfants car elles permettent justement de ne pas consommer de produits animaux en surabondance tout en fournissant à bébé ce dont il a besoin. Ainsi, les oléagineux contribuent à apporter ce macronutriment indispensable.

Les vitamines et minéraux

La proportion des différentes vitamines et minéraux varient en fonction du fruit à coque ou de la graine en question. Mais de façon générale ce sont de bonnes sources de calcium (très bien assimilé par l’organisme de bébé), de magnésium, de fer, de vitamine E ou encore de vitamine B.

Comment bien préparer les oléagineux pour bébé ?

Une préparation différente selon le fruit ou la graine en question

Le trempage

Pour les oléagineux ci-dessous il est fortement conseillé de les faire tremper avant de les donner à bébé. Voici quelques références de temps de trempage. Ce sont des données approximatives que j’ai trouvé en ligne et que j’applique le plus souvent. Je ne pense pas qu’il y ait de temps obligatoire. Moi personnellement je mets à tremper en fonction de mon organisation et du temps que j’ai devant moi ! Bien sûr ce n’est pas 10 minutes ou 3 jours. On reste aux alentours des durées conseillées.

  • Amandes : 8 à 12 heures
  • Noix du Brésil : 3 heures
  • Noix de cajou : 2 à 3 heures
  • Noix : 4 heures
  • Noisettes : 8 à 12 heures
  • Noix de Macadamia : 2 heures
  • Noix de Pécan : 6 heures
  • Sésame: 8 heures
  • Graines de tournesol: 2 heures
  • Graines de courge : 3 heures
  • Graines de chia : 8 heures

Le broyage

Le broyage concerne les graines de lin qui ne doivent pas être consommées telles quel. Entières elles ne sont pas assimilables par l’organisme de bébé (ni le vôtre d’ailleurs !), leur coque étant trop dure. Il faut donc les moudre avant de les manger. Par contre une fois moulues elles doivent être gardées au frais et consommées sous 3 jours. Au delà leurs oméga3 s’oxydent et deviennent nocifs à la santé. Donc vous pouvez en préparer à chaque fois un petit peu selon la préparation que vous prévoyez pour bébé puis garder le reste pour la prochaine fois afin de ne pas gaspiller tout le paquet !

Pourquoi le trempage est-il important ?

C’est important pour une meilleure digestion et pour une meilleure assimilation des autres nutriments. En effet, sans trempage les oléagineux sont plus riches en molécules qu’on appelle ‘anti-nutriments’ et qui vont empêcher l’assimilation d’autres vitamines et minéraux. De plus, cela les rend plus digestes pour bébé.

🔸 À noter 🔸
Ceux qui vous disent de juste les griller avant de les moudre pour donner plus de goût oublient 2 choses :
▶️ Déjà cette partie trempage ou broyage comme on vient de le voir
▶️ Et le fait que la chaleur oxyde les oméga3 et les rend nocifs ce qu’on veut bien sûr à tout prix éviter.
(Pas non plus de micro-ondes c’est encore plus agressif.)

A partir de quel âge et sous quelle forme proposer des oléagineux à bébé ?

Pas trop tôt en raison du risque d’allergie

Souvent ce qui fait peur pour les bébés ce sont les risques d’allergie. Au début de la diversification alimentaire, laissons à l’organisme de bébé le temps de s’habituer aux légumes, aux fruits, aux viandes etc avant d’attaquer les graines et les fruits à coque. Par contre après ce seront des aliments santé à ne pas négliger. On peut commencer à lui en proposer entre 10 et 12 mois.
Il est conseillé d’introduire chaque oléagineux séparément, de préférence soit le matin soit le soir, et attendre 2 ou 3 jours pour voir si bébé réagit avant d’en reproposer un autre.

🔸 À noter 🔸
La cacahuète est souvent la plus montrée du doigt lorsqu’il s’agit d’allergie car visiblement ses réactions sont les plus violentes. Cependant il ne faut pas négliger les risques pour les autres noix. Les symptômes peuvent être les suivants :
urticaire ou éruption cutanée, rougeur et démangeaison de la peau, gonflement des yeux, du visage, des lèvres, de la gorge et de la langue, difficultés à respirer, pâleur, vomissements. 

Adapter la forme à l’âge de bébé

Tant que bébé n’a pas assez de dents et n’est pas assez autonome pour manger sans s’étouffer il est n’est vraiment pas recommandé de donner des oléagineux entiers à bébé ! En gros, pas avant 3 ans environ.
L’oesophage des tout petits est encore tout fin et les graines sont rondes ce qui peut rapidement se traduire par un risque d’étouffement.
On favorisera donc au début les poudres lorsque c’est possible, puis on pourra introduire les graines et fruits concassés avant de passer aux oléagineux entiers.
Il y a également l’excellente alternative des purées d’oléagineux -à ne pas confondre avec les beurres d’oléagineux que je ne recommanderais pas pour bébé !- et sur lesquelles je vous écrit un court article dédié. Vous pouvez le consulter ici : Les purées d’oléagineux pour bébé.

🔸 À noter 🔸
Comme je le disais plus haut les oméga3, ces bons acides gras très utiles au cerveau et système vasculaire de votre enfant, s’oxydent avec la chaleur mais s’abîment également à la lumière. Une fois concassés ou en poudre, les oléagineux doivent être conservés 2 à 3 jours max, dans un contenant hermétique, opaque et au frais.

À quel repas donner des oléagineux à bébé ?

Il n’y a pas de règle

Cela peut être à n’importe quel repas. Sauf lorsque c’est la première fois que vous en proposez à bébé, alors comme toujours il est conseillé le matin ou le midi (j’en parle dans mon article sur la diversification alimentaire), mais sinon peu importe !
Habituellement, moi j’en mets plutôt au petit déjeuner ou au goûter mais cela dépend des recettes que vous cuisinez et des repas prévus.

🔸 À noter 🔸
Interviewée au podcast de “La plus belle Maman”, Florence Simeoni, formatrice pour la Croix Rouge et référente pédagogique nationale des formations enfants, met en avant que le risque d’étouffement chez les tout petits est bien plus important le soir, et notamment les soirs d’apéritifs. En effet, déjà les enfants sont plus fatigués et donc moins attentifs le soir. Ensuite les réunions de famille ou apéritifs entre amis sont souvent des occasions de grignoter des fruits à coque de façon plus informelle. Hors l’enfant court, joue, se cache et peut très vite avaler de travers. Donc même si votre tout petit est habitué à en consommer des oléagineux, ne le laissez jamais sans surveillance pour ce type d’aliment ! Et de tout façon, n’oubliez pas, pas de pistaches ou noix de cajou ou n’importe quelle noix salée pour les bébés !

3 idées recettes

Compote : pomme-poire et éclats de noisettes
– 2 pommes
– 3 poires
– 1/2 cuillère à café de cannelle
– 1 belle cuillère à café d’éclat de noisette
=> vous lavez, épluchez et découpez les fruits. Vous les mettez à chauffer à la casserole en couvrant bien, avec la cannelle. Lorsque c’est cuit vous ajoutez les éclats de noisettes et c’est prêt !

Galette : amarante, noix de cajou
– 1 oeuf
– 30 g d’amarante
– 1 banane
– 1 cuillère à café de poudre de noix de cajou
=> vous mixez le tout sauf la purée puis à la poêle. Et quand c’est cuit vous tartinez la purée, vous roulez et vous donnez la portion qu’il convient à bébé !

Comment bien choisir les oléagineux qu’on achète pour bébé ?

Sous quelles forme les acheter ?

Selon ce que vous achetez vous pouvez les prendre entiers / entières ou écalées (ex : les amandes). Sinon vous en trouverez sous sachet ou en vrac en supermarché au rayon bio, en magasin bio ou en magasins vracs en ville selon vos habitudes d’achats.

Quelles précautions prendre ?

Les produits bio et/ou labélisés, c’est à dire porteur d’un petit logo désignant un label, sont censés être de meilleurs qualité. En tout cas, pour obtenir un label l’entreprise doit respecter un cahier des charges précis (propre à chaque label), qui est plus restrictif que les pour les produits sans label.
Si on veut s’éloigner des agricultures intensives, des pesticides et autres produits toxiques, du travail des enfants etc, il est préférable de s’orienter vers l’achat de produits labélisés et bio.
Par contre attention : il existe des pseudo-labels uniquement marketing (“élu produit de l’année” ou autre) ! Donc orientez-vous vers les labels officiels.

J’ai trouvé sur le sujet un article de qualité, très complet sur yuka.io, que vous pouvez consulter ici : Décryptage des labels alimentaires.

Sinon voici la liste des 5 labels officiels :
– Label Rouge
– AOC
– AOP
– IGP
– STG
Vous avez aussi le label “Bleu Blanc Coeur”.
Et enfin vous pour le BIO voici les labels référencés :
– AB et Eurofeuille
– Bio cohérence
– Demeter
– Nature et progrès

Cet article vous a plu ? Alors n’hésitez pas à le partager ou le commenter.

 💬 À très vite sur dis-maman.fr !
Partagez l'article
  •  
  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages

Laisser un commentaire

Fermer le menu