L’importance du microbiote intestinal de bébé : vive les bonnes bactéries !

L’importance du microbiote intestinal de bébé : vive les bonnes bactéries !

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Définition au sens large

Communément appelée “flore intestinale”, le microbiote intestinal représente l’ensemble des bactéries, virus, champignons etc., qui peuplent nos intestins.
On parle ici d’un véritable écosystème : des centaines d’espèces différentes (principalement des bactéries) vivant en osmose avec notre système digestif.

Accrochez-vous les chiffres qui vont suivre sont vertigineux …!
🤯 Les chercheurs estiment qu’un microbiote intestinal adulte ne compte pas moins de 100 000 milliards de micro-organismes. Soit 10 fois plus que nos propres cellules ! Proportionnellement nous serions donc à 90% bactérien et 10% humain, si on se réfère au nombre de cellules bien sûr et pas au poids.
🤯 Mais tiens, parlons du poids également : la flore intestinale d’un adulte pèserait environ 2 kg ! C’est à dire autant que notre cerveau.
La répartition bactérienne est inégale dans notre système digestif, le plus peuplé étant le côlon puis l’intestin grêle.

Vous entendez peut-être parfois le terme “microbiote” utilisé tout court, sans préciser qu’il s’agit du microbiote intestinal.
C’est une erreur de langage communément admise.
Il existe en réalité plusieurs microbiotes : le microbiote intestinal, celui de la peau, des voies respiratoires et le microbiote vaginal.
Le terme “microbiote” signifie : ensemble des micro-organismes vivant dans un écosystème donné.
Pourquoi alors il est principalement question du microbiote intestinal ?
👉 Simplement parce que c’est le plus important (en tout compte tenu des connaissances actuelles) : en terme de quantité mais également d’interactions et donc d’impact sur la santé.

Le microbiote intestinal de bébé

Il semblerait que les intestins de bébé soient complètement stériles à la naissance. C’est-à-dire vierges de toute bactérie.

⚠️ J’ai déjà croisé dans mes lectures des petits bémols à cette information. Il serait possible que bébé ne soit pas aussi dépourvu de bactérie à la naissance qu’on le pense. Mais je n’ai pas assez d’informations probantes sur le sujet pour vous en dire plus.
Je mettrais à jour cet article si tel est le cas dans l’avenir.

C’est à la naissance que le microbiote de bébé va se constituer. Et là je dis microbiote au sens large : l’ensemble des microbiotes va commencer à se former à partir de tous les contacts que va avoir bébé avec son environnement mais aussi de la respiration et enfin de son alimentation.
Tout commence par l’accouchement : une partie du microbiote vaginal de la mère est transmise à bébé (sur sa peau, mais aussi dans ses voies respiratoires et dans sa bouche, son tube digestif). Et c’est parfait pour lui. C’est exactement ce dont son système digestif a besoin pour commencé à être peuplé de bonnes bactéries.

Les chercheurs ont ainsi pu constaté que les microbiotes des bébés nés par voie basses étaient très différents des nourrissons nés par césarienne !
C’est fou !
On savait que le capital santé de bébé commençait à se construire dès la grossesse, en fonction de l’hygiène de vie et de l’alimentation de la mère, mais ces études stupéfiantes montrent que l’accouchement joue également son rôle.
Car oui, on ne parlerait pas autant du microbiote intestinal si son rôle sur la santé n’était pas si fascinant et si important.
C’est ensuite le lait maternel qui va prendre le relai, en transmettant, à son tour, les bonnes bactéries de la maman.

Le rôle du microbiote intestinal

Un domaine de recherche récent

Avant de rentrer dans le vif du sujet et de détailler les différents rôles du microbiote il me faut déjà vous parler de son domaine de recherche.

Les recherches sur le microbiote sont très très récentes à l’échelle de la médecine. Assez rares dans les années 90, elles avaient tout de même permis de mettre en évidence que nos intestins n’étaient pas juste un “tube” digestif inerte et sans intérêt. On commençait déjà à l’époque de parler d’un “deuxième cerveau“. Mais c’est réellement à partir de 2006 que les recherches sur le microbiote intestinal ont explosé.

S’en est alors suivi des découvertes toujours plus surprenantes les unes que les autres et surtout elles ont aidé à mieux comprendre certains fonctionnement métaboliques qui restaient flous jusqu’à alors.

Les rôles attribués au microbiote sont aujourd’hui nombreux et on découvre chaque année de nouvelles implications sur notre santé.
Cependant, et c’est la raison pour laquelle je voulais vous faire ce point avant, il ne faut pas négliger le caractère récent de ces découvertes.
Comme toujours dans le domaine de la nutrition et de la santé au sens large les choses évoluent très vite et de récentes études ou découvertes peuvent atténuer ou au contraire renforcer l’impact des plus anciennes.
Ainsi, je vais vous présenter dans la suite de cet article ce que la science sait aujourd’hui dans le domaine du microbiote mais il faut toujours rester en veille d’informations récentes et je mettrai cet article à jour au fil du temps si besoin.

Des rôles nombreux et surprenants

Aide au système digestif

Les micro-organismes vont aider bébé à bien digérer ses repas : ils participent à l’assimilation des sucres complexes, à l’absorption des acides gras et de certains minéraux, ils facilitent l’assimilation des nutriments grâce à certaines enzymes spécifiques. Enfin, ils assurent la fermentation de certains résidus alimentaires que l’organisme ne peut digérer lui-même (exemple des fibres).

Vitalité physique : synthétisation des vitamines

Le microbiote intestinal participe à la synthèse des vitamines K, B12 ou encore B8.

Qualité du transit

Un microbiote en bonne santé se traduit presque toujours par un bon transit. Un transit régulier, fréquent, non douloureux.
Pour rappel, j’évoque plus en détails le transit de bébé dans ces 2 articles : Bébé constipé, que faire ? et Améliorer le transit de bébé grâce à son assiette.

Gestion du poids

Certaines études sont troublantes à ce sujet.
Imaginez une personne suivie pour obésité et pour laquelle aucun traitement ou régime n’avait jusqu’ici fonctionné. Celle-ci se voit transplanter une partie du microbiote d’un individu en bonne santé et de corpulence normale.
Résultat ? Elle mincit !
Elle mincit sans effort, juste en suivant un régime alimentaire équilibré (démarche qui n’avait jamais porté ses fruits par le passé).
Ces expériences, au début réalisées sur des souris avec grand succès, ont commencé à être proposées à des personnes en grande difficulté et dont les chances de guérison étaient minces (obésité ou autres maladies intestinales) avec des résultats très très prometteurs.
Il semblerait que lorsqu’une certaine population de bactérie prend le dessus sur une autre alors la gestion du poids ne se fait plus correctement. L’individu grossit ou mincit alors que son alimentation (en quantité notamment) n’en est pas la cause première.

Santé mentale

On ne l’appelle pas “deuxième cerveau” pour rien, notre intestin joue un rôle clé dans notre vie de tous les jours et influencerait notre santé mentale. Déjà nos 2 cerveaux communiquent en permanence grâce au nerf vague, donc la santé de l’un influe sur la santé de l’autre. Mais cela va plus loin : l’ensemble des réactions biochimiques provoquées par le microbiote influent aussi sur notre cerveau et sur nos comportements.

Gestion des émotions

Les neurostransmetteurs sont les petits messagers qui interviennent principalement au niveau du cerveau et qui permettent de faire circuler les informations. Vous les connaissez peut-être sous le nom de “dopamine”, “sérotonine”, “adrénaline” ?
Il y en 6 principaux qui gèrent l’ensemble de nos émotions, réactions, comportements etc.
La synthétisation d’une partie d’entre eux se fait au niveau de nos intestins et dépend donc complètement de la bonne santé de ces derniers. C’est notamment le cas pour la sérotonine dont la production se ferait à 80% dans les intestins ! La sérotonine est aussi appelée molécule du bonheur et du bien-être. Lorsqu’elle est suffisamment produite elle intervient dans la gestion de l’humeur, du stress mais aussi du sommeil.

Quand le microbiote de bébé perd son équilibre…

Qu’est-ce qu’un microbiote déséquilibré ?

Au début de l’article j’évoquais le fait l’ensemble de ces micro-organismes vit en harmonie avec son environnement. Et c’est vrai.
Sauf lorsque sont équilibre est mis à mal.
Lorsque certaines populations de bactéries, de virus, de champignons dits “pathogènes” viennent prendre le dessus sur d’autres. Ces micro-organismes sont normalement présents dans nos intestins mais doivent rester en faible nombre pour rester “sous le contrôle” des “bonnes bactéries”. Si cet équilibre est respecté alors l’ensemble des rôles évoqués plus haut peut se faire correctement et nous sommes en bonne santé.

Lorsque cet équilibre est rompu, on parle alors de dysbiose, les problèmes arrivent… silencieux au début, puis de plus en plus criants. Petits au début puis de plus en plus important. D’où l’importance cruciale d’entretenir et de renforcer le microbiote de bébé afin de lui garantir le meilleur capital santé possible !

Qu’est-ce qui cause un déséquilibre du microbiote chez bébé ?

▶️ L’accouchement par césarienne : comme nous l’avons vu, si bébé ne peut pas bénéficier du microbiote de sa maman hors celui-ci est censé être précurseur dans ses intestins et induire ensuite sa la colonisation par les bonnes bactéries protectrices. Dans le cas contraire, d’autres bactéries arrivent en premier, colonisent l’intestin sans fournir ce rôle protecteur et sans permettre l’équilibre d’un bon microbiote.

▶️ L’absente d’allaitement : idem que pour l’accouchement, en l’absence d’allaitement, les bactéries qui dès le début vont venir prendre place dans l’intestin de bébé ne sont pas les meilleurs, les plus protectrices pour sa santé.

▶️ Les médicaments sont aussi une source de déséquilibre du microbiote : ils vont nuire à certaines populations de bactéries pourtant indispensables dans tout cet écosystème.

▶️ C’est exactement la même chose pour les différents pesticides, produits chimiques, et la pollution dans l’environnement de bébé.

▶️ Et enfin, dernier point, probablement un des plus importants : l’alimentation. Si l’alimentation n’est pas assez “brute”, “naturelle”, variée, riche en fibres, dépourvue de pesticides et produits chimiques, trop riche en sucres, trop pauvre en bons acides gras etc. alors tout bascule.

Une prise de médicament ponctuelle, des écarts alimentaires peu fréquents, ou encore une exposition à une ville très polluée lors d’un voyage ne suffirait pas à faire basculer cette équilibre précieux bien sûr. Mais lorsque toutes ces expositions, même minimes, sont combinées et/ou très répétées alors le microbiote intestinale de bébé change littéralement. Petit à petit certaines populations de bactéries qui devraient rester en petit nombre se démultiplier sans contrôle. À l’inverse, les bonnes bactéries n’ayant plus rien à manger disparaissent. Et les conséquences sur la santé se font de plus en plus fortes, mois après mois, années après années.

Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre du microbiote intestinal de bébé ?

Ce déséquilibre peut engendrer des problèmes d’ordre fonctionnel (comme la constipation) ou encore émotionnel mais c’est surtout le fait qu’il rende l’intestin poreux qui crée tant de problèmes. Car cela a des répercussions en chaîne sur l’organisme en général.

Conséquences physiques

🔸 Maladies chroniques et métaboliques telles que la maladie de Crohn, l’obésité, le SIBO

🔸 Problèmes de transit et notamment la constipation

🔸 Carences en vitamines et minéraux : ils sont soit moins bien assimilés soit moins synthétisés.

🔸 Baisse de l’immunité : près de 70% de nos défenses immunitaires sont produites au niveau de nos intestins ce qui nécessite une bonne santé de ce dernier.

🔸 Maladie auto immune : la porosité de l’intestin va complètement déstabiliser le système immunitaire qui voit apparaître dans le sang des éléments qui ne devraient pas s’y trouver. Désorienté et trop stimulé, il s’en prend à ses propres cellules.

🔸 Allergie : à nouveau le système immunitaire est concerné. Trop stimulé il va confondre des molécules non pathogène (pollen, cacahuètes, fraises…) avec des agents pathogènes et réagit plus ou moins violemment.

Risques psychologiques

🔸 Tristesse (qui peut se transformer en déprime en grandissant) : le manque de neurotransmetteurs, et notamment la sérotonine, affecte l’humeur et diminue la joie de vivre.

🔸 Troubles du comportement : les maladies telles l’autisme, alzheimer ou parkinson par exemple, sont connues pour être multifactorielles. Un des facteurs encore inconnu il y a 15 ans est une mauvaise santé du microbiote.

🔸 Addictions : l’intestin est directement relié au cerveau par le nerf vague. Ils communiquent en permanence. Et, fait troublant mis en évidence par de nombreuses études sur le comportement des rats de laboratoires, il semblerait que les populations dominantes du microbiote intestinale influences directement les tendances alimentaires des animaux. Les rats ayant un microbiote déséquilibré et fortement peuplé par des champignons (comme le candida albicans) se tournent systématiquement vers des aliments sucrés, alors que les rats au microbiote équilibré ne présentent pas cette frénésie pour le sucre. Pourquoi ? Parce que les candidas albicans adoooorent le sucre et ne se nourrissent que de cela. Ces résultats laissent à penser que nous ne sommes pas les seuls à décider ce que nous mettons dans nos assiettes… Incroyable n’est-ce pas !

Conclusion

Petit récap’

Cette thématique du microbiote santé me fascine depuis que j’ai découvert tous ses enjeux sur la santé de bébé.

La santé et l’équilibre des populations de ces micro-organismes vont avoir des impacts directs sur la vitalité physique, la santé mentale, le bien-être digestif, la gestion du stress de nos enfants.

Les conséquences d’une dysbiose intestinale sont bien sûr les opposés directs des bienfaits d’un microbiote équilibré !

Gardons bien en tête qu’elles sont tout d’abord invisibles chez nos tout petits. Nos bébés grandissent, peuvent être minces (caractéristique qu’on associe souvent et à tord à une bonne santé), hors, silencieusement leur santé peut se dégrader peu à peu.

Mon but n’est pas d’être alarmiste mais simplement réaliste. Oui la santé actuelle de nos bébés est capitale, mais leur santé de demain aussi et c’est notre rôle d’y veiller.

📆 Dans le prochain article je ferai suite à celui-ci en passant en revue toutes les bonnes habitudes alimentaires à avoir au quotidien pour permettre à bébé d’avoir un microbiote intestinal en bonne santé et ainsi de :
– booster son immunité
– favoriser un bon transit
– entretenir sa vitalité et sa santé en grandissant
– l’éloigner des carences ou des addictions alimentaires
– conserver un fonctionnement métabolique optimal

Des livres inspirants sur le sujet

G.EndersD.PerlmutterJ.VenessonM.KaplanA.Houlbert
L’attribut alt de cette image est vide.L’attribut alt de cette image est vide.L’attribut alt de cette image est vide.L’attribut alt de cette image est vide.L’attribut alt de cette image est vide.
 💬 À très vite sur dis-maman.fr !
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu